Retour  l'accueil

L'eau naturellement pure - Syndicat Intercommunal des Eaux de la Rgion Grenobloise
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Lexique

 Page en cours d'actualisation.

Dans notre lexique - que nous sommes en train de compléter - nous vous offrons la possibilité de retrouver quantité de termes liés à l'eau.Nous vous remercions de votre compréhension.

A comme...

ACFI. Agent chargé de la fonction d'inspection. Il peut être externe pour permettre une plus grande objectivité.

ACMO. Agent chargé de la mise en oeuvre des règles d'hygiène et de sécurité.

Agressive (une eau agressive). Si la nature des terrains traversés par l'eau ne lui permet pas de dissoudre suffisamment de sels minéraux elle reste acide donc agressive (par exemple en Bretagne ou dans le massif central). A l'inverse, elle sera incrustante.

ARS (Agence régionale de la santé), anciennement appelée DDASS. L'ARS est une administration déconcentrée de l'Etat intervenant dans le champ des politiques sanitaires, sociales et médico-sociales. L'ARS dispose de pouvoirs de police administrative et judiciaire pour les missions de contrôle de ses inspecteurs. Ceux-ci tiennent leur pouvoir du code de santé publique et du code de l'action sociale et des familles. Le Sierg est dans l'obligation de soumettre ses analyses à l'ARS de l'Isère qui a le pouvoir de stopper la distribution de l'eau si elle estime que la qualité met en péril les consommateurs.

Arrêté préfectoral. C'est une décision exécutoire émmanant de la préfecture.

Assainissement. C'est l'ensemble de techniques d'évacuation et de traitement des eaux usées.

Adduction. L'Adduction (complémentaire : distribution) caractérise l'état du parcours de l'eau par rapport à un point donné. Par définition, en un point donné, l'adduction sert à caractériser l'eau qui arrive à ce point, la distribution caractérise l'eau qui part du point. L'eau arrive dans un réservoir par la conduite d'adduction et en sort par la conduite de distribution. Afin de différencier les conduites dans un réseau, celles-ci sont peintes de couleurs différentes. Par convention, la couleur de la conduite d'adduction est le vert.

Agence de l'Eau. L'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée et Corse fait partie des 6 Agences de l'Eau de France. C'est un établissement public de l'Etat dont les missions visent à initier l'utilisation rationnelle des ressources en eau, à lutter contre la pollution ou encore à protéger les milieux aquatiques. Claude Bertrand, Président du Sierg, siège à son Conseil d'administration. Parmi ses missions, on citera celle de veiller à l'application des consignes établies dans le SAGE.

Amont - Aval. Ce sont des indications géographiques (tout comme rive gauche et droite) déterminées à l'origine, par le sens du courant d'une rivière (par exemple) et le point géographique choisi. Concrètement si l'on marche dans le sens du courant d'une rivière, on a l'amont dans notre dos et l'aval en face de nous. Plus largement, ces deux termes peuvent s'utiliser dès lors qu'il y a une série d'évènements qui découlent les uns des autres. Ainsi par rapport à un point précis du déroulement, l'amont est ce qui est entre l'origine et le point et l'aval entre le point et la fin. Si l'on ramène ceci au réseau du SIERG, par rapport à un point du réseau donné : un réservoir; l'amont caractérise l'ensemble du réseau se situant avant le réservoir qui lui apporte l'eau, et l'aval est la partie du réseau situé après le réservoir. Ou encore la conduite d'adduction est en amont du réservoir alors que celle de distribution est en aval de celui-ci.

B comme...

Bactéries. La bactérie est un micro-organisme ubiquiste, unicellulaire et sans noyau (procaryote) dont le génome est constitué d'ADN. Celui-ci consiste en un seul chromosome et on note éventuellement la présence de plasmides. L'ensemble des bactéries forme le règne des Bacteria.

Budget primitif (ou budget prévisionnel). Ensemble des comptes décrivant les ressources et les charges du syndicat pour un exercice annuel.

Bulle d'indulgence papale. Une bulle est une lettre qui émane du Saint-Siège, le représente et porte la signature du Pape. Une bulle d'indulgence accorde à son destinataire une remise totale (indulgence pléniaire) ou partielle (indulgence partielle) des peines temporelles dues pour les péchés.

Bureau syndical. Organe dirigeant les travaux du syndicat. Pour accéder à la page "Le bureau syndical et ses membres" cliquez ici.

C comme...

Canalisation. Conduite assurant la circulation de l'eau captée. Les canalisations du Sierg sont pour l'essentiel en fonte ou en âme tôle.

CaptageLes captages sont les zones de production de l'eau, c'est là que l'eau est pompée depuis la nappe grâce aux puits.

Carbonates de calcium.

CEP (Communauté de l'eau potable). A retrouver en suivant ce lien.

Charte d'engagement. Le Sierg a adopté en 2008 une charte de cinq engagements que nous vous invitons à découvrir en suivant ce lien.

Chloromètre. Appareil de mesure qui permet de connaître et contrôler le dosage du chlore dans l'eau. Le Sierg possède un tel dispositif seulement pour pouvoir réagir rapidement sur l'eau en cas de pollution, afin de la préserver de toutes contaminations qui pourraient nuire à la santé des consommateurs.

CHSCT. Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

Code général des collectivités territoriales. Le Code général des collectivités territoriales (CGCT) rassemble l'ensemble des dispositions législatives et réglementaires relatives au droit des collectivités territoriales.

Colloïdale :

Comité syndical. Groupement de collectivités locales, le Sierg est administré par un Comité syndical composé par 66 délégués des communes (deux représentants par commune). Chaque commune est représentée de la même façon par deux délégués aux mêmes prérogatives. Le Comité syndical administre par ses délibérations et dispose d'une compétence générale pour gérer l'ensemble des activités du syndicat. Le Comité délègue une partie de ses attributions au Bureau et se réunit, conformément à la réglementation, autant que nécessaire, sur convocation du Président, et au moins trois fois par an. La désignation des délégués par les communes s'effectue suite à chaque élection municipale. En cas de suspension, de dissolution de l'Assemblée délibérante ou de démission de tous les membres en exercice, ce mandat est continué jusqu'à la désignation des délégués par un nouveau Comité. Les délégués sortants sont rééligibles.

Commission Locale de l'Eau. La CLE constitue l'instance chargée du pilotage de la démarche d'élaboration du SAGE et de son suivi. Il s'agit d'une sorte de Parlement local de l'Eau dont les travaux ont vocation à encadrer l'ensemble des politiques (réglementaires et incitatives en particulier) menées sur le territoire du SAGE. Pour en savoir plus sur la Commission Locale de l'Eau.

Compétence obligatoire et optionnelle. Depuis 2010, l'adhésion des communes au Sierg fonctionne sur le principe de trois compétences qui permettent d'alimenter en recettes le budget du Syndicat intercommunal. La première redevance, due au titre de la compétence obligatoire dont l'assiette est liée au nombre d'habitations ; puis les compétences non-obligatoires que sont la redevance due au titre de la compétence optionnelle 1 "fourniture" dont l'assiette est liée aux volumes fournis et la redevance due au titre de la compétence optionnelle 2 "stockage" dont l'assiette est liée aux volumes fournis.

Compte administratifL'ordonnateur (le Sierg par exemple) rend compte annuellement des opérations budgétaires qu’il a exécutées. A la clôture de l’exercice budgétaire, qui intervient au 31 janvier de l’année N+1, il établit le compte administratif du budget principal ainsi que les comptes administratifs correspondant aux différents budgets annexes (les Décisions modificatives). Celui-ci rapproche les prévisions ou autorisations inscrites au budget (au niveau du chapitre ou de l’article selon les dispositions arrêtées lors du vote du budget primitif) des réalisations effectives en dépenses (mandats) et en recettes (titres) ; présente les résultats comptables de l’exercice ; et est soumis par l'ordonnateur, pour approbation, à l’assemblée délibérante (le Comité syndical du Sierg) qui l’arrête définitivement par un vote avant le 30 juin de l’année qui suit la clôture de l’exercice.

Conductivité. Cela correspond à la résistance d’un courant électrique dans l’eau. Elle s’exprime en micro-Siemens par centimètre à une température donnée. C’est un paramètre général qui reflète la concentration de l’ensemble des sels dissous dans l’eau. Cette concentration dépend  de la nature géologique des terrains  traversés par l’eau. Des variations de ce paramètre peuvent  traduire une évolution des conditions  hydrogéologiques ou environnementales.  Dans le décret n° 2001-1220 du 20 décembre 2001 la conductivité est identifiée  dans « les paramètres indicateurs de qualité témoins du fonctionnement des installations  de production et de distribution d’eau ». Elle doit être comprise entre 180 et 1000 µS/cm à 20°C et l’eau ne doit pas être corrosive. L’eau du Sierg a une conductivité qui varie entre 300 et 400 µS/cm en fonction du pourcentage d’eau captée sur chaque puits.

Conduite. Tuyau de section variable parcouru par un fluide.

Contrat de rivière. Le contrat de rivière (qui peut être encore appelé contrat de bassin, de lac ou de baie) est un accord technique et financier concerté, prévu généralement pour 5 à 7 ans, entre les collectivités locales d'un même bassin versant, l'Etat, le conseil régional, le conseil général, l'agence de l'eau¤ et les usagers (chambres consulaires, industriels, associations, fédération de pêche, ...).
Il définit des objectifs et détermine des actions en faveur de la réhabilitation et de la valorisation des milieux aquatiques. Pour en savoir plus sur les contrats de rivière.

Cuve. Une cuve désigne un grand récipient ouvert ou fermé destiné à des usages multiples. Voir Réservoir.

D comme...

Dauphiné. territoire de France qui regroupe les département de l'Isère, des Hautes-Alpes et de la Drôme. Elle associe une partie alpestre (haut Dauphiné) et une partie de plaine (entre Isère et Rhône, correspondant au bas Dauphiné). La ville principale est Grenoble. Ses habitants sont les Dauphinois. En 1349, la province du Dauphiné fut cédée au Roi de France à la condition qu'elle devienne l'apanage du fils aîné de la famille royale, dès lors appelé Dauphin. Les réformes réclamés par les états du Dauphiné en 1788 furent à l'origine de la réunion des Etats généraux de 1789. Pour en savoir plus sur le Dauphiné

Décision modificative. Les prévisions inscrites au budget primitif peuvent être modifiées en cours d’exercice par l’Assemblée délibérante, qui votent des décisions modificatives. La DM, ou budget supplémentaire, établi généralement au second semestre de l’année, a essentiellement pour objectif de reprendre les résultats budgétaires de l’exercice précédent. Le Sierg en a en moyenne deux par an : la DM1 et la DM2. Les modifications d’ajustement souhaitées en cours d’exercice sont quant à elles traitées par simple décision modificative.

Délégation. La délibération est la finalité du débat dans une Assemblée. Elle acte les décisions prises et notifie les votes (pour, contre, abstention, non pris part au vote). Celle-ci sera ensuite, après le vote, adressée aux services de la préfecture pour validation. Sur notre site vous pouvez retrouver l'ensemble des délibérations présentées et adoptées par le Comité syndical.

Dépense d'investissement.

DOB (Débat d'orientation budgétaire). Dans les Collectivité locales de plus de 3 500 habitants, le vote du budget est précédé, dans les deux mois, d'un débat d'orientation budgétaire (DOB). Cette séance permet de dessiner les grandes lignes de ce que sera l'action de la collectivité en terme de fonctionnement et d'investissement. Il est comme une ébauche de ce que sera le Budget primitif, celui-là même qui pourra être compléter lors des éventuelles Décisions modificatives en cours d'année.

DCE (le) (Dossier de Consultation des Entreprises). Depuis 1985, la loi MOP oblige de séparer le concepteur des travaux et le réalisateur de ceux-ci afin de garantir une qualité maximale. C'est le maître d'oeuvre (concepteur des travaux) qui a la charge de réaliser le DCE. La maîtrise d'oeuvre peut-être réalisée soit en interne (par le SIERG) soit en externe (par exemple un bureau d'étude). Le DCE présente l'ensemble des conditions relatives aux travaux et au marché ainsi que les exigences du maître d'ouvrage (SIERG). Le DCE est mis à disposition des entreprises pour qu'elles puissent faire leur offre. Ce dossier comprend sommairement : l'acte d'engagement, le cahier des charges et le réglement de la consultation.

Développement Durable. La notion de développement durable est née en 1980, dans un rapport de l'Union internationale pour la conservation de la nature, rapport intitulé "La stratégie mondiale" pour la conservation. Cependant ce n'est qu'en 1987 que la commission mondiale pour l'environnement et le développement propose une première définition dans le rapport Brundtland. Mais c'est en juin 1992, au cours du deuxième Sommet de la Terre à Rio de Janeiro que le terme "développement durable" est consacré. La première définition de Brundtland est remaniée avec l'apparition des "trois piliers" qui doivent être conciliés dans une perspective de développement durable : le progrès économique, la justice sociale, et la préservation de l'environnement. Pour en savoir plus sur le développement durable (source wikipédia ; le développement durable.fr)

Distribution (conduite de). La distribution (complémentaire : adduction ) caractérise l'état du parcours de l'eau par rapport à un point donné. Par définition, en un point donné, adduction sert à caractériser l'eau qui arrive à ce point, la distribution caractérise l'eau qui part du point. Concrètement l'eau arrive dans un réservoir par la conduite d'adduction et en sort par la conduite de distribution. Afin de différencier les conduites dans un réseau, celles-ci sont peintes de couleurs différentes. Par convention, la couleur de la conduite de distribution est le bleu.

Débit. Le débit en un point est la quantité d'eau qui passe par ce point en un temps donné. Il est généralement exprimé en litres par seconde (L/s) ou en mètres cube par jour (m3/j)

DRIRE. La Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement est un service déconcentré du Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie pour les compétences relevant des ministères à l'Industrie, de l'Ecologie et des Transports. Sur le plan national, il y a une DRIRE pour chacune des 22 régions métropolitaines plus une DRIRE commune pour les 3 régions d'outre-mer : Guadeloupe, Guyane et Martinique ainsi qu'une DRIRE pour la Réunion. Les DRIRE ont une organisation matricielle : géographique : subdivisions départementales voire plus locales ; fonctionnelle : divisions par activité. Les missions et les actions des DRIRE sont multiples, elles s'exercent dans les domaines suivants : Développement durable ; Environnement ; Sous-sol, mines, carrières et eaux minérales ; Énergie ; Sûreté nucléaire et radioprotection ; Aide aux entreprises ; Véhicules ; Métrologie ; Appareils à pression ; Canalisations de transport.

Dureté. La dureté de l'eau est surtout due aux ions, au calcium et au magnésium. Selon les régions et sources l'eau est dite très douce, douce, moyennement dure, dure ou très dure. La dureté de l'eau (titre hydrotimétrique : TH) est classifiée en degré francais. Eau très douce : TH de 0 à 7. Eau douce : TH de 7 à 15. Eau moyennement dure : TH de 15 à 25. Eau dure : TH de 25 à 42. Eau très dure : TH au-delà de 42. L'eau naturellement pure est une eau moyennement dure puisqu'elle est à 17,6 degrés hydro F (analyse 2012).

E comme...

Eau minérale naturelle. L’eau minérale naturelle se distingue des autres eaux par la présence de minéraux, oligoéléments ou autres constituants. Elle présente une stabilité des caractéristiques essentielles. Certaines eaux minérales naturelles peuvent faire état d'effets favorables à la santé reconnus par l'Académie nationale de Médecine. D'origine souterraine elle doit être tenue à l'abri de tout risque de pollution.

Eau potable. Depuis le décret du 20 décembre 2001 on ne parle plus d'eau potable mais d'eau destinée à la consommation humaine. Si cette eau n'est pas une eau sans polluants, elle est une eau qui répond à des critères de qualité définit dans cette loi. Les concentrations sont jugées suffisamment faibles pour ne pas mettre en danger la santé. Ces normes évoluent au fil du temps en fonction des connaissances scientifiques. Généralement d'origine souterraine ou superficielle, l'eau rendue potable par traitements répond aux mêmes exigences de qualité physicochimique et radiologique que l'eau du robinet. Mais contrairement aux deux autres types d'eau conditionnée, l'eau rendue potable par traitements peut faire l'objet de tous les traitements autorisés par le ministère chargé de la santé pour la production d'eau potable. Il est à noter que l’eau naturellement pure du Sierg n’entre pas dans cette classification puisqu’elle ne subit aucun traitement entre le moment où elle est captée à plus de 30m de profondeur pour être acheminée directement vers les réservoirs communaux puis vers les habitants.

Eau de source. L'eau de source répond aux mêmes exigences de qualité microbiologique que l'eau minérale naturelle. Ainsi, lorsqu’elle est conditionnée, elle répond aux mêmes exigences de qualité physicochimique et radiologique que l'eau du robinet et ne peut faire l'objet que de quelques traitements autorisés par la réglementation (séparation des constituants naturellement présents, la désinfection de l'eau étant interdite). Les eaux de source sont également d'origine souterraine et protégée contre les risques de pollution.

EPCI. Les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale sont dotés de la personnalité morale et de l'autonomie financière; ils ont donc leurs propres moyens d'action.
Ils s'administrent librement et peuvent disposer de personnel propre dont ils assument la gestion. Leurs décisions sont des décisions administratives qui relèvent du contrôle de légalité exercé par le Préfet et de la juridiction administrative. Les travaux qu'ils réalisent sont des travaux publics. Comme tous les établissements publics, les E.P.C.I. sont régis par le principe de spécialité. Ils ne peuvent intervenir que dans le champ des compétences qui leur ont été transférées (principe de spécialité fonctionnelle) et à l'intérieur de leur périmètre (principe de spécialité territoriale). Ils n'ont donc pas la compétence générale d'une commune. La détermination des compétences des établissements publics de coopération intercommunale est opérée de manière différente suivant la catégorie de groupements. Pour en savoir plus sur les EPCI.

Etiage. Dans le domaine de l'hydrologie, l'étiage correspond à la période de l'année où le niveau d'un cours d'eau atteint son point le plus bas.

Exhaure (débit d'). Action d'évacuer les eaux drainées. Dans le tableau des caractéristiques des puits vous pouvez constater qu'il y a trois données de pompage différentes. Le débit d'exhaure installé est le débit qui pourrait être supporté par les installations du SIERG, le débit d'exhaure autorisé est la quantité d'eau par seconde que le SIERG est autorisé à pomper dans la nappe (ce débit est déterminé par le Préfet), enfin le débit d'exhaure exploité est le débit réel de production du SIERG, c'est-à-dire la quantité d'eau réellement pompée par les puits du SIERG pour un temps donné.

F comme...

Filtration biologique. Technologie qui bannit tout procédé chimique mais s'appuie sur les bactéries et les plantes pour éliminer les résidus organiques de l'eau.

G comme...

Gravité. Gravitaire. Sous l'action de la gravitation et de la poussée d'Archimède, l'eau descend naturellement vers le bas. Le principe de distribution d'eau potable en gravitaire est composé d'un point haut avec un réservoir de mise en charge du Sierg, des réservoirs communaux len légère altitude ou par exemple, comme dans les régions plus plates, un chateau d'eau, chaque fois situés plus haut que les habitations à alimenter. l'eau se déplace par son propre poids et avec sa seule force, sans nécéssité de pompe.

Grésivaudan. Le Grésivaudan est une vallée des Alpes françaises située en majeure partie en Isère et qui constitue une partie du cours inférieur de l'Isère et s'étend de Grenoble aux portes de la Savoie. L'étymologie du « Grésivaudan » viendrait d'ailleurs de « Isère » et « vallée ». Le Grésivaudan a été le berceau de l'hydroélectricité. Pour en savoir plus sur le Grésivaudan

H comme...

Houille blanche. La « Houille blanche », expression crée par Aristide Bergès pour l'Exposition Universelle de Paris en 1889, symbolise la maîtrise de l'énergie hydraulique par l'homme. En 1925, l'exposition Internationale de la Houille Blanche et du Tourisme a lieu à Grenoble. A cette occasion, Grenoble est consacrée capitale de la « Houille blanche ».

I comme...

Incrustante (eau incrustante). Une eau qui dissout trop les sels minéraux est une eau incrustante.

Inerte (eau dite "inerte"). Une eau qui n'est ni incrustante (voir ci-dessus) ni agressive.

INSEE. C'est L'Institut national de la statistique et des études économiques. L'INSEE étudie l'ensemble des données de l'activité de notre pays dans des domaines très divers.

Instruction budgétaire et comptable.

Ions.

J comme...

Journal officiel. Le Journal officiel, connu sous le diminutif JO, est édité soit sous forme papier soit sous forme électronique authentifié. Il publie les textes législatifs et réglementaires de la République française, à l'exception des textes relatifs à l'état et à la nationalité des personnes.

K comme.

Karstique. Un système karstique...

 Kystes.

L comme...

Limons

Loi sur l'eau.

M comme...

Mandat.

Maillage (point de). Les maillages sont des interconnexions entre des réseaux différents. Concrètement, les points de maillages du réseau du SIERG sont les points du réseau où il existe une connexion entre le réseau du SIERG et celui de la Régie des Eaux de Grenoble. Ces dispositifs permettent à l'une ou l'autre des deux entités de se connecter au réseau de son confrère afin de pouvoir continuer à alimenter les consommateurs en cas de casse ou de travaux. Il existe 5 maillages entre le SIERG et la Régie ainsi que 1 point entre le réseau du SIERG et le réseau du Syndicat Intercommunal des Eaux de Casserousse. Afin d'optimiser la sécurité de l'alimentation en eau potable de la grande agglomération grenobloise, plusieurs maillages de secours pourront être mis en oeuvre dans les prochaines années, en particulier avec le réseau du Syndicat des Eaux de la Dhuy (SIED) à Montbonnot, le Pays Voironnais à Voreppe et le Haut Grésivaudan à partir de Crolles.

Marché public. Le Sierg est une administration territoriale qui effectue des achats de diverses natures. Ces achats qu’on appelle « marchés publics » peuvent être des marchés de travaux, de fournitures ou de services. En tant qu’administration gérant des deniers publics le Sierg doit respecter des procédures particulières qui sont édictées par le code des marchés publics. Le Sierg doit notamment lancer un avis d’appel public à la concurrence avant tout achat dont le montant est supérieur à 90 000 € HT. Par ailleurs, les principes de mise en concurrence des candidats, de transparence des procédures et d’égalité de traitement des candidats s’imposent au Sierg tout au long d’une procédure d’achat public.

Mètre cube (m3). 1 mètre cube correspond à 1000 litres.

Micropolluants. Ils sont classés en famille : pesticides, métaux et métalloïdes, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), polychlorobiphényles (PCB), PoltBromoDiphényl (Ethersà (PBDE), Composés organiques volatils (COV), Composés organiques halogénés volatils (COHV), composés phénoliques, dioxines et furanes, phtalates...

MISE (Mission Inter Services de l'Eau ). Face au grand nombre de services intervenant dans le domaine de l'eau au sein du département, il convient de maintenir une certaine cohérence de l'action de l'Etat. Le rôle principal de la MISE est de décliner, sous l'autorité du Préfet, la politique de l'eau et des milieux aquatiques dans le département. Cela passe par l'identification des enjeux locaux, le suivi des points noirs de pollution et la définition des priorités. Pour en savoir plus sur les MISE.

N comme...

Nappe souterraine.

Nitrates. Le nitrate (NO3-) est un ion produit au cours du cycle de l’azote, particulièrement soluble dans l’eau et responsable d’une pollution des eaux. La principale source d’azote réside dans l’atmosphère sous forme de diazote (N2) qui représente un peu moins de 80% de la composition de l’air. Des ions nitrates sont formés au terme d’un processus complexe de transformation de l’azote par des bactéries. Ils sont ensuite assimilés par les plantes. La consommation de légumes et de  végétaux constitue ainsi, pour les animaux, dont l’homme, la base de l’alimentation en azote. Le nitrate se prête à de nombreuses utilisations industrielles sous forme de nitrate de potassium, de sodium ou d’ammoniac notamment. Le nitrate est dangereux par sa capacité à se transformer en nitrite aux effets toxiques reconnus.

O comme...

Oisans (l'). L'Oisans (en occitan Oesen) est une région des Alpes françaises et correspondant à la vallée creusée par la rivière Romanche et ses affluents (l'Eau d'Olle, la Lignarre, la Sarenne, le Vénéon, le Ferrand). L'Oisans couvre une partie des massifs de Belledonne, du Taillefer, des Grandes Rousses, d'Arvan-Villards et des Écrins. Il est un territoire remarquable due à ses nombreuses chaînes de montagnes, vallées, rivières, torrents, plaines... Cette définition géographique coïncide presque exactement avec une définition administrative : l'Oisans correspond aux cantons de Bourg d'Oisans (Isère) et de La Grave (Hautes Alpes). Le point culminant de la région est la Meije, surnommée la "reine de l'Oisans". Pour plus de renseignement sur l'Oisans

P comme...

PADD. Projet d'aménagement et du dévelopement durable. Le PADD, nouveauté introduite par la loi SRU, est un document politique simple et concis qui exprime les objectifs et le projets de la collectivité en matière de développement économique et social, d'environnement et d'urbanisme, de construction de logements, d'équipements.... Et depuis la loi ENE (loi pour l'Engagement national pour l'Environnement), il fixe les objectifs de modération de la consommation de l'espace et de lutte contre l'étalement urbain.

Parasites. Un parasite est un petit organisme ou un petit animal qui vit dans ou sur un autre organisme et qui se nourrit de celui-­ci. Les moustiques, les puces et les vers sont des parasites. On peut citer à titre d'exemple de parasites les infections aux protozoaires (organismes unicellulaires comme la malaria), aux helminthes (vers), et aux arthropodes (comme la gale). Un parasite intestinal vivra dans l’intestin ou d’autres parties du corps et, souvent, se reproduira. Une mauvaise hygiène et de l’eau non potable augmentent le risque d’attraper des parasites intestinaux. Les enfants qui deviennent malades peuvent avoir des symptômes comme une diarrhée vraiment liquide, de la fatigue et des nausées. Les médicaments oraux comptent parmi les traitements. De bonnes mesures d’hygiène sont le meilleur moyen de défense contre les parasites. Bien entdnu, vous pouvz consommer l'eau naturellement pure du Sierg sans aucune crainte et sans aucun risque.

Périmètrede protection immédiat. Il correspond à l'environnement proche des zones de captage du Sierg. Il est acquis par le Sierg et toute activité y est interdite. Il a pour fonction principale d'empêcher la détérioration des ouvrages et d'éviter les déversements de substances polluantes à proximité des captages.

pH. le pH traduit léquilibre entre les différents ions contenus dans une eau. ,Il permet de déterminer si une eau est incrustante ou agressive. Théoriquement un pH peut varier de 0 à 14 et sa neutralité est de 7. Mais dans la nature l'eau dissout une multitude d'ions différents qui n'ont pas tous la même force ionique. C'est pourquoi les eaux naturelles ont un pH d'équilibre qui n'est pas égal à 7 (le pH d'équilibre correspond à la neutralité de l'eau dite "inerte" c'est à dire une eau qui n'est ni incrustante ni agressive). En traversant l'atmosphère l'eau se cahrge en gaz carbonique, en oxygène et autres gaz présents. Elle devient ainsi acide. Au contact du sol elle pourra donc facilement dissoudre des sels minéraux pour tendre vers son pH d'équilibre (en particulier les carbonates de calcium dans nos régions plus ou moins calcaires). Mais si la nature des terrains traversés ne lui permet pas de dissoudre suffisamment de sels minéraux elle reste acide donc agressive (par exemple en Bretagne ou dans le massif central). Au contraire, dans certaines conditions elle peut dissoudre trop ; elle devient alors incrustante. Dans le décret n°89-3 du 3 janvier 1989 la législation impose que le pH soit compris entre 6.5 et 9.0. Mais dans le décret du 20 décembre 2001 (applicable depuis le 25 décembre 2003) relatif aux eaux destinées à la consommation humaine, ce paramètre n'apparaît plus car il n'a pas d'incidence directe sur la santé mais est représentatif de la structure naturelle de l'eau. Quant à elle l'eau du Sierg est pompée à son pH d'équilibre qui a une valeur moyenne de 7.90. Si sa température et ses conditions de conservation ne varient pas trop elle reste équilibrée jusqu'au robinet du consommateur.

PLH. Plan local de l'habitat. Le PLH est le principal outil de définition d'une politique de l'habitat sur un territoire intercommunal. Il porte tout à la fois sur le parc public et privé, sur la gestion du parc existant et des construction nouvelles et sur l'attention portée à des populations spécifiques. Le PLH doit tout à la fois répondre aux besoins en logement, mais aussi favoriser la mixité sociale et le renouvellement urbain et être doté d'un dispositif d'observation de l'habitat.

PLU. Plan local d'urbanisme. ...

Plomb. La principale source de contamination des eaux de boisson par le plomb est la corrosion des canalisations faite en ce même métal. Une eau de distribution contenant du plomb conduit à une ingestion de petites quantités de cette substance mais de façon permanente. Il s'agit d'un toxique cumulatif. Le plomb absorbé pénètre dans le sang puis est surtout stocké dans le tissu osseux. La libération progressive de ce métal avec le temps provoquera des troubles plus ou moins graves. Les principaux organes touchés sont le système nerveux, sanguin ou rénal. Le saturnisme (intoxication par le plomb) se manifeste par des symptômes diificiles à mesurer : encéphalopathie, retard du développement intellectuel et modifications du comportement chez l'enfant, anémie, troubles digestifs, neurologiques. La concentration maximale adminissible actuelle dans les eaux de boisson est de 50µg/litre. En application depuis 2001, un décret relatif à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine limite la quantité présente à 25µg/l à compter du 25 décembre 2003 et à 10µg/l à compter du 25 décembre 2013. De manière générale même si le respect de la limite à 25µg/l peut être assuré par la mise en œuvre de traitements de l'eau pour diminuer son potentiel de dissolution du plomb, pour respecter le sueil de 10µg/l, le remplacement de toutes les canalisations en plomb semble inévitable. Pour conclure, le potentiel de dissolution du plomb de l'eau du Sierg est myen à faible et permettra de fournir sans problème aux communes une eau respectant ces seuils futurs. A noter que le Sierg s'est engagé dans un programme de suppression de ces canalisations en plomb depuis plusieurs années.

PPRT. Plan de prévention des risques technologiques. Le PPRT document juridiquement supérieur au Plan local d'urbanisme, pourra à l'intérieur du périmètre d'exposition aux risques, délimiter des zones dans lesquelles les constructions nouvelles ou extensions seront interdites ou subordonnées au respect des prescriptions relatives à la construction ou à l'usage.

Puissance produite (kW). La puissance produite en hydroélectricité, résulte du produit de la hauteur nette de chute d'eau, par le débit moyen (l/s), affecté d'un coéfficient de rendement des machines. La puissance électrique Pe (kW) disponible est grossièrement égale à Pe = 7Q (ΔH) où Q est le débit moyen de l'installation (m³/s), ΔH la différence d'altitude brute entre source et turbine. Le rendement moyen de la turbine dépend de la plage de vairaition des débits d'eau appelés.

Puits. Trou vertical creusé dans le sol et maçonné, pour atteindre la nappe alluviale souterraine.

R comme...

Recette d'investissement.

Redevance.

Réseaux.

Réservoir. Un réservoir est un équipement qui permet d'accueillir l'eau potable dans les meilleures conditions de stockage avant qu'elle soit distribuée aux abonnés. Le Sierg gère l'esssentiel des réservoirs communaux afin de pouvoir garantir la qualité de son eau naturellement pure depuis les captages jusqu'à la sortie des réservoirs avant que la commune, qui à seule cette compétence légale, ne puisse la fournir à ses habitants. Environ 8o réservoirs, de différentes capacités, sont situés sur l'ensemble du réseau du Sierg dans les différentes communes adhérentes. Ils sont vidés, nettoyes, rincés au moins une fois par an avant d'être de nouveéau rempli d'eau naturellement pure. Ce sont les agents du Sierg qui effectue cet entretien, au-delà des visites régulières effectuées sur ces équipements. Deux réservoirs de mise en charge sont situés sur la commune de Saint-Pierre-de-Mésage, en légère altitude afin de permettre à l'eau du Sierg d'alimenter les communes en gravitaire pour l'essentiel. En effet, certaines communes situées plus haut que ces deux réservoirs de 2 x 4000m3 doivent être alimenter par des pompes.

Refoulement (conduite de). Une installation de pompage se compose de trois éléments qui sont : la station de pompage, abritant le ou les groupes de pompage, ainsi que divers équipements annexes (armoire de commande, transformateur ou groupe électrogène de secours) ; la prise d'eau ; la conduite de refoulement ou de rejet. La conduite de refoulement est celle par laquelle l'eau pompée est rejetée, et donc injectée dans le réseau.

RGPP. Révision générale des politiques publiques.

S comme...

SAGE. Le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) est un document de planification de la gestion de l'eau à l'échelle d'une unité hydrographique cohérente (bassin versant, aquifère…). Il fixe des objectifs généraux d'utilisation, de mise en valeur, de protection quantitative et qualitative de la ressource en eau et il doit être compatible avec le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE). Le SAGE est un document élaboré par les acteurs locaux (élus, usagers, associations, représentants de l'Etat…) réunis au sein de la commission locale de l'eau (CLE). Ces acteurs locaux établissent un projet pour une gestion concertée et collective de l'eau. Pour visiter le site cliquez ici.

SCOT. Schéma de cohérence territoriale. Le SCOT est un document d'urbanisme issu de la Loi SRU (2000), destiné à remplacer l'ancien Schéma directeur. Il est initié par les élus à l'échelle de la région urbaine grenobloise (RUG) en vue de renforcer la cohérence et l'efficacité de leurs politiques autour d'orientations stratégiques : il établit les grandes options qui présidenront à l'aménagement ainsi qu'au développement de ce territoire pour les vingt ans à venir. Il détermine les objectifs sur l'habitat, les déplacements, l'environnement, l'économie, le commerce... Les documents et projets locaux d'urbanisme (PLU, Plan locaux d'urbanisme, PLH, PDU, UTN, autorisations commerciales...) doivent être compatibles avec le SCOT. Le SCOT de la région grenobloise a été adopté le 21 décembre 2012 pour la période 2010/2030.)

SHOB. Surface hors-œuvre brute).  La SHOB est égale à la somme des surfaces de plancher de chaque niveau, des surfaces des toitures-terrasses, des balcons ou loggias et des surfaces non closes situées au rez-de-chaussée, auxquelles s'ajoutent l'épaisseur des murs et des cloisons. Elle doit être connue pour savoir de quel type d'autorisation relève la demande de permis de construire notamment. En général, des travaux portant sur une SHOB inférieure à 20m² sont soumis à simple déclaration, et à permi de construire si la SHOB est supérieure à 20m².

SIED. Syndicat intercommunal des eaux de la Dhuy. Des sources locales alimentaient les communes de Biviers, Corenc, Meylan, Montbonnot et Saint-Ismier. Leurs débits devanaient en été insuffisants pour subvenir aux besoins des habitants et des agriculteurs. C'est alors que les communes ont décidé de se grouper pour remédier à ce problème et trouver une solution afin de répondre à leur consommation présente et future. Leur destin a croisé celui d'un ingénieur géomètre, M. Louis Noiray, qui avait le projet de capter une source dans le massif de Belledonne et d'acheminer ses eaux sur l'autre rive de la vallée du Grésivaudan. C'est la source de la Dhuy, dont les eaux rejoignent le torrent de Domeynon qui a été choisie. Le Syndicat des eaux de la Dhuy est né de ce projet et de la volonté de ces cinq communes de le voir aboutir. C'était le 24 juin 1933. Les travaux ont été lancés en septembre 1937 et achevés en deux ans. En 1965, les communes de Bernin, Saint-Nazayre-les-Eymes puis La Tronche adhèrent au SIED, qui, depuis, regroupe huit communes.

SIVIG. Syndicat intercommunal des eaux de Vil, Le Gua et Miribel-Lanchâtre. Il a pour objet l'amélioration et l'exploitation du réseau d'eau potable de ces trois communes. Découvrerz comment fonctionne son réseau.  

SPL. Société publique locale. Ces sociétés à capitaux entièrement publics ont un statut de société anonyme. C'est ce type de structure à laquelle le Sierg avec la Ville de Grenoble notamment, réfléchit pour l'avenir du service public de l'eau potable dans la région grenobloise.

Step ou Station d'épuration.

Surpresseur.

SDRE (Schéma Départemental de la Ressource en Eau). L'objectif du schéma est d'organiser une gestion de la ressource, des besoins et des usages avec pour fil conducteur le développement durable, c'est-à-dire la gestion et la préservation concertées de la ressource en eau. Il est piloté par la commission départementale de la ressource en eau qui représente l'ensemble des utilisateurs de la ressource en eau du département de l'Isère. Pour en savoir plus sur le SDRE.

SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale). En France le SCoT est un document d'urbanisme qui fixe, à l'échelle de plusieurs communes ou groupements de communes, les organisations fondamentales de l'organisation du territoire et de l'évolution des zones urbaines, afin de préserver un équilibre entre zones urbaines, industrielles, touristiques, agricoles et naturelles. Instauré par la loi SRU du 13 décembre 2000, il fixe les objectifs des diverses politiques publiques en matière d'habitat, de développement économique et de déplacements. Le SCoT qui concerne la région grenobloise est le schéma directeur de la région grenobloise. Pour en savoir plus sur le schéma directeur de la région grenobloise (ou SCoT).

T comme...

Turpidité. La turpidité correspond à l'aspect trouble que peut prendre l'eau. Elle est due à la présence de matières en suspension très fines. Celles-ci peuvent être : des argiles, des limons, des particules fibreuses, des particules organiques colloïdales, du plancton, des organismes microscopiques... C'est un paramètre qui apparaît fréquemment sur certains types de ressources. En effet, les eaux de surface ainsi que les eaux issues de systèmes karstiques sont très sujettes à la turpidité notamment lors des périodes de fortes précipitations, alors que ce n'est pas le cas pour les eaux isses de nappes profondes (comme c'est le cas pour les eaux du Sierg). La turpidité peut également apparaître dans les réseaux de distribution ; elle provient alors du lessivage des dépôts présents dans les canalisations. Les risques ne sont pas liés directement à la présence des particules en suspension dans l'eau mais aux bactéries, kystes, parasites et virus qui s'y fixent et sont ainsi protégés des traitements de désinfection (notamment par ultraviolets). Le risque microbiologique est aggravé dans le cas où la turpidité est due à des matières organiques car ces dernières neutralisent les désinfectants, favorisant ainsi la survie des germes et la formation de sous produits de désinfection toxiques. L'eau du Sierg étant pompée à 30m de profondeur dans une nappe alluviale, elle est parfaitement filtrée de manière naturelle par les sables et ne présente pas de turpidité.

V comme...

Vote de statuts.

Virus.

Le Sierg : l'eau naturellement pure !

Syndicat Intercommunal des Eaux de la Région Grenobloise
Le Verseau
1, rue de Normandie
CS 10277. 38432 Echirolles cedex
Tel : 04 76 33 57 00
Fax : 04 76 23 27 12
info@sierg.org
Accueil |  Plan d'accès |  Contact. |  Plan du site |  Réalisation : Business & Decision Eolas